Abonnez-vous

Rupture de la Coiffe des Rotateurs de l’Epaule

La coiffe des de l’épaule est l’ensemble des tendons de l’épaule qui permettent l’élévation du bras.

coiffe-31 coiffe-41

Avec l’âge, ces tendons s’usent et finissent parfois par se rompre. Plus rarement, la est liée à un traumatisme.

Rupture de la coiffe des rotateurs

de la coiffe des

Les patients se plaignent alors de douleurs et/ou d’impossibilité de lever le bras. La survenue des symptômes se fait à partir de 50 ans avec une plus grande fréquence entre 60 et 70 ans.

SYMPTOMES ET SIGNES CLINIQUES

La de la coiffe des est souvent le stade ultime d’une tendinite de la coiffe des rotateurs. En effet, avant de se rompre, les tendons frottent sous l’acromion (bec osseux se situant juste au-dessus de l’épaule) réalisant le classique tableau de conflit sous-acromial.

Frottement des tendons sous l'acromion

Frottement des tendons sous l'acromion

Les patients se plaignent alors de douleurs de l’épaule souvent insomniantes. Ils ne peuvent plus dormir sur l’épaule souffrante. Durant la journée, les gestes de la vie quotidienne deviennent parfois difficiles et douloureux surtout quand le patient veut lever le bras.

Au stade de la , il arrive que le patient ne puisse plus lever le bras. Heureusement, fréquemment le patient peut tout de même lever son bras en compensant par d’autres muscles au niveau de l’épaule.

Les motifs de consultation les plus fréquents sont la douleur et la difficulté à lever le bras.

EXAMENS COMPLEMENTAIRES

Le premier examen à réaliser est la radiographie standard. On pourra apprécier l’existence d’arthrose, d’un bec acromial agressif (frottant sur les tendons) et d’autres signes indirects de tendinites ou de de la coiffe des .

Pour confirmer le diagnostic de la coiffe des , il est nécessaire de réaliser une échographie, un arthroscanner ou une IRM de l’épaule. Ces examens vont confirmer le diagnostic et évaluer la taille et la gravité de la . On pourra alors savoir si la des tendons de la coiffe des est réparable ou non.

TRAITEMENT

Le traitement commence avant tout par de la rééducation de l’épaule. Cela permet dans la majorité des cas de soulager partiellement des douleurs et surtout d’obtenir une épaule souple, condition indispensable pour pouvoir réaliser une intervention chirurgicale.

Le traitement médical consiste en l’association d’antalgiques et d’anti-inflammatoires associés à un protecteur gastrique. L’infiltration de produit à base de cortisone permet également d’obtenir un soulagement des douleurs.
Quand ce traitement est inefficace ou quand la menace de s’agrandir dans le temps, il faut alors réparer la chirurgicalement.

Le traitement chirurgical consiste à nettoyer l’articulation de l’épaule de l’inflammation résiduelle, à raboter un bec acromial qui frotte sur les tendons et bien sûr à réparer les tendons rompus.
Deux méthodes existent avec le même objectif : réinsérer les tendons sur l’humérus.

  • La première méthode est classique et se fait à ciel ouvert. L’autre est plus récente et consiste à utiliser une caméra par une incision de 1 cm et d’utiliser des instruments spécifiques permettant de travailler sans ouvrir l’épaule : l’.
  • Les tendons sont réinsérés sur l’humérus en utilisant de petites ancres.

reparation-coiffe-1

reparation-arthroscopique-2 reparation-arthroscopique-3

L’intervention se déroule sous anesthésie loco-régionale complétée par une anesthésie générale dans la majorité des cas. La durée d’hospitalisation est de 24 à 48 heures.

SUITES POST-OPERATOIRES

L’ permet de limiter les douleurs post-opératoires.

L’ est suivie d’une immobilisation de 1 mois, le bras contre le corps puis de 6 mois de rééducation.

La récupération d’une excellente mobilité d’épaule est longue et peut parfois prendre 1 an.

Les douleurs cèdent 3 à 4 mois après l’intervention chirurgicale, correspondant au temps de cicatrisation des tendons et à la disparition de l’inflammation locale.

COMPLICATIONS

Il y a peu de complications après ce type d’intervention. Cela peut être un échec de la réparation, des douleurs incomplètement soulagées ou une mobilité partiellement retrouvée.

Comme toute intervention chirurgicale, peuvent survenir une infection, un hématome post-opératoire ou une algodystrophie.